La Dôle depuis Nyon

J’ai eu beaucoup d’hésitations à partager cet itinéraire tant il comporte des désavantages. La Dôle, c’est un classique, c’est magnifique et tout randonneur qui habite dans la région l’a forcément faite. Depuis la Givrine ou St-Cergue, tôt le matin pour trouver des chamois, ou tranquillement un dimanche après-midi ensoleillé… Je voulais cette fois l’aborder différemment, avec une dynamique sportive parfaite pour me faire les jambes en ce tardif début de saison : depuis en bas, depuis le lac, depuis Nyon.


Départ à 9h 30 de Nyon. Bien qu’un peu nuageux, il fait beau partout sauf sur les crêtes du Jura…comme souvent. La première partie de la randonnée n’a rien de très intéressant si ce n’est l’agréable sortie de Nyon par la traversée du Boiron et le passage par Bois-Bougy. Jusqu’à Tranchepied, c’est bords de route, béton et villages sans charme particulier. Il y a néanmoins l’attrait de la marche d’approche, face au Jura menaçant sous sa grisaille qui permet d’appréhender l’ascension à venir.

Après être passé à côté de la superbe Abbaye de Bonmont, les choses sérieuses commencent : une montée directe à travers la forêt. Le sentier ne se complique pas en de multiples détours, ça grimpe, ça fait battre le coeur et trembler les jambes. La forêt est belle, des ambiances calmes et vertes, mais masque le panorama. Je venais pour suer, j’ai été servi.

C’est en arrivant au parking en contrebas du chalet de la Dôle que la randonnée devient spectaculaire. Je fais le tour du cirque par l’ouest, m’arrêtant manger au sommet. J’ai même le plaisir de voir la chape de nuages noirs gagner juste assez de hauteur pour m’offrir un dégagement sur la plaine, elle, encore ensoleillée.

Je redescends enfin à St-Cergue par le sentier le plus court (qui n’est pas le plus joli) pour prendre le train.

Mais alors, pourquoi poster cet itinéraire si le début n’est pas très agréable, que la montée est fatigante et sans grand intérêt, et que finalement le meilleur peut s’atteindre par un joli petit train ?

…Tout simplement pour le plaisir de toiser avec une suffisance mesquine les autres randonneurs qui, petits joueurs, partent depuis St-Cergues… Non ! il y a quand même autre chose 😉 … Il existe un plaisir primitif à gravir une montagne depuis en bas, un sentiment de vaincre, de mériter. Nyon, c’est là où je vais me baigner, faire des courses, manger au restaurant ou voir un film, c’est la ville de tous les jours. La Dôle, c’est la montagne, l’escapade en nature, le ressourcement. Rejoindre ces deux mondes par la seule force de mes petites jambes, c’est un pas de plus vers l’appropriation de mon territoire.

Notes :

  • Si possible, commencer la rando au plus près du pied du Jura. Un bus va en tout cas jusqu’à La Rippe ou Chéserex.
  • Plutôt que de faire au plus court entre la Dôle et St-Cergue, passer du côté de la Barillette offre un itinéraire plus intéressant, comme proposé sur la carte.
  • Pour la version “classique” de la Dôle avec uniquement les meilleurs morceaux et moins de dénivelés, préférez cet itinéraire qui est un pur bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *